Nouvelles

Entrer dans la semaine sainte 2020

posté le 5 avril 2020
thumb image

La Semaine Sainte est un temps fort important. Cette année est bien particulière… et souligne d’autant plus l’importance de la communion dans la prière. Nos offices sont remplis de vos intentions et des cris du monde entier ; voici sur cette page quelques échos de nos temps de prière en partage.

Dimanche des Rameaux

La célébration du dimanche des Rameaux s’ouvre par la liturgie des vêpres, la veille au soir. Nous vous partageons la prière qui a ouvert cette année notre office monastique :

Sur le chemin de Gethsémani...
Dieu de Gethsémani, il fait nuit ! Surprises par cette épidémie, nous n’en finissons pas de l’observer, de l’écouter : Silence et bruits se mêlent, de commentaires en faits concrets… Il ou elle est hospitalisé… en réanimation. Nous avons peur, Seigneur : Dans le dernier jardin, celui de Gethsémani, toi aussi tu as eu peur. C’était la nuit : les oliviers étaient déjà en pleurs. Les lanternes s’étaient éteintes, une à une, sur la torpeur des hommes, la lâcheté des armes, la morsure d’un baiser, l’injustice d’un procès. C’était la nuit, et l’humain a eu peur ; il s’est caché. Pourtant dans la pénombre, couve le feu d’une passion : la tienne. Un baptême se prépare. Un seul recevra pour tous le nouveau Nom : Jésus Christ. Voici l’Homme qui ne rougit pas de s’être revêtu de notre nudité. Il porte nos écartèlements, il assume l’immaturité du monde. La peur, comme un frisson, le saisit au Jardin, mais du manteau de ta dignité, Père, déjà tu l’enveloppes. Il sait que l’angoisse qui travaille son cœur est ta douleur de Père : Celle d’un ré-enfantement du monde. Sous le linceul de cette nuit sans étoiles qui enveloppe le monde, c’est toi Dieu notre Père qui, en Jésus ton Fils, allume un jour nouveau, un jour reçu de toi. Avec Lui, avec tous et toutes, habitants de la terre, montons à Jérusalem pour y acclamer le Roi des siècles des siècles. Amen.

 

Jeudi saint

Vendredi saint

Samedi saint

« Les femmes regardèrent le tombeau pour voir comment le corps avait été placé. Puis elles s’en retournèrent et préparèrent aromates et parfums. Et durant le sabbat, elles observèrent le repos prescrit. » (Lc 23, 55b-56)

Que se passe-t-il le samedi saint ?
Jésus repose au tombeau et descend aux enfers, c’est-à-dire au séjour des morts. Le samedi saint est le jour de la solitude : le corps de Jésus repose dans le silence et l’obscurité de la tombe, derrière la grosse pierre roulée à l’entrée. C’est le jour de l’attente pour toute la création. C’est le jour de l’absence, le jour du silence. De ce silence et de cet abîme, la Parole remontera à la vie, elle se fera de nouveau entendre et fera toute chose nouvelle. « Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair elle-même repose en confiance : tu ne peux m’abandonner à la mort, ni laisser ton ami voir la corruption ! » (Psaume 15)

 

Jésus dit : « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » (Jean 12, 32)

Dimanche de Pâques

 

En ce temps de confinement, notre chapelle doit rester fermée. Cependant …